TOUT LE TEMPS EN MOUVEMENT

TOUT LE
TEMPS EN
MOUVEMENT
Livre anniversaire
Bodet
Conception éditoriale, écriture et coordination globale
150 ans d’histoire
Extrait

Célébrer un anniversaire, c’est compter le nombre d’années qui nous sépare de la naissance. Inévitablement, cela revient à tourner la tête vers l’histoire, vers ce qui a été accompli depuis les origines. Bodet ne fait pas exception en la matière ; à l’heure de ses 150 ans, il est plaisant de regarder en arrière et de voir le chemin parcouru. Il y a pourtant dans ce coup d’œil dans le rétroviseur, quelque chose qui ne ressemble pas à Bodet. Car si l’entreprise a 150 ans aujourd’hui, c’est sans doute précisément parce qu’elle a su regarder, toujours, de façon volontaire, pugnace, presque méthodique, du côté de l’avenir. Droit devant.

L’histoire de Bodet ne se met pas aisément en récit, en pages, avec des mots et des images parce qu’elle n’est pas une frise que l’on pourrait punaiser au mur. Début. Événements. Fin. L’entreprise Bodet ne semble jamais figée. Elle continue d’être, en permanence. Dès lors, comment capter un élan ? Comment figer le mouvement ?

Comment prendre la mesure de 150 années ?

150 années, c’est quelque chose comme 37 650 jours ouvrés. C’est le passage de deux siècles. Ce sont deux guerres mondiales, des révolutions et des chocs pétroliers. 105 Tour de France cycliste. La tragédie du Titanic, de Tchernobyl, le krach de Wall Street, la chute du Mur de Berlin, les attentats du World Trade Center. 150 ans : Albert Einstein et sa théorie de la relativité, Gandhi et l’indépendance de l’Inde, Neil Armstrong qui pose le pied sur la Lune, les femmes qui votent en France. Regarder 150 ans d’histoire, c’est voir l’arrivée de l’électricité, du cinéma parlant, des radars, de la télévision en couleurs, du transistor, du télex, du fax, de l’ordinateur, du PC, du web, des mails, du numérique, des nanotechnologies, de l’intelligence artificielle… C’est voir le sport enfin à la télévision, passer du jazz au rock et à la musique électronique. Passer de Baudelaire à Camus.

Oui, comment prendre la mesure de 150 années ? D’un Bodet artisan horloger à Trémentines à un logo noir et jaune au Koweït, à La Mecque d’Arabie Saoudite, sur les quais des gares SNCF, à l’aéroport de Bangkok, au fin fond du Congo RDC et à chaque bout de l’Eurotunnel…

Les dates, les noms, les événements disent les grands moments qui jalonnent une histoire. Ce sont des repères autour desquels tout le monde s’accorde à peu près. Le reste, tout le reste, chacun en porte un morceau en lui. 150 ans de vie pour Bodet, ce sont 700 personnes aujourd’hui, 2 800 depuis ses origines, 2 800 morceaux qui font l’histoire. Ce sont des choix, des intuitions, des décisions, des défis, des directions. Chez Bodet, c’est aussi de l’application, permanente, à faire les choses. Vite et posément à la fois. Avec audace et prudence. Dans un village du Maine-et-Loire et à une échelle internationale. Humblement et discrètement, volontairement et assurément. Bodet est un nom qui porte les contrastes. Les clochers centenaires côtoient les logiciels de gestion instantanée du temps de travail. Les esprits et les mains forgent, soudent, inventent et codent à la fois. Le monumental des églises ancestrales fait face au minuscule des composants sur des circuits électroniques. Bodet rénove et innove. Bodet est un funambule qui a choisi d’équilibrer ses contrastes plutôt que d’être tiraillé par eux. Tradition et innovation cheminent ensemble pour que s’écrive une histoire que chacun semble vouloir porter, par son application quotidienne, son sens de l’engagement, son professionnalisme, aussi loin que possible. Le temps ne connaît pas de fin. Bodet l’égrène de toutes les façons possibles. Aiguilles sur des cadrans immenses, horloges à palettes, chronomètres digitaux, panneaux sportifs ou encore badgeuses… Peu importe le flacon pourvu qu’on ait la précision.

Il n’y a pas de vérité historique. Il y a des femmes et des hommes qui vivent, qui travaillent ensemble, qui oeuvrent et font évoluer le monde. Au fil de ces 200 pages, il y a des dates, des photographies, des souvenirs et des mots clés. Ils sont posés ici, comme des traces de ce qui a été. Mais ils ne valent que si chacun s’en empare. Pour être vrais, ils ont besoin d’être vivants. Supports imprimés pour partager, se souvenir ensemble, ne pas oublier et surtout, parce que le génotype de Bodet semble engrammé de la sorte, pour penser l’avenir à l’échelle du monde, et continuer l’aventure.

« Nous sommes vraiment satisfaits de cet ouvrage que nos collaborateurs ont plaisir à lire et sont fiers de partager, ce qui était notre objectif initial. Bravo aussi pour ce classement qui vient récompenser une belle réussite ! »
Pascal Bodet, Directeur général Bodet SA